Parce que tout le monde à le droit à une deuxième chance !

Pourquoi upcycler une robe des années 90 ?

Par la faute du temps implacable, qui change tout (la mode et les morphologies), cette robe s’est retrouvée reléguée dans un placard, attendant, résignée, sa dernière heure. 

Elle est pourtant en soie et a été réalisée par une couturière expérimentée. Le modèle d’origine (même avec les épaulettes) est original avec ses nombreux plissés et le tissu est de belle qualité. Cela aurait été dommage qu’elle finisse en chiffon simplement parce qu’elle est devenue trop petite et que les temps ont changé.

Bref, pour faire plaisir à ma maman, j’ai tenté un sauvetage !

Réalisation

J’ai commencé par faire un état des lieux de la robe d’origine pour identifier ce qui pouvait être démonté. Car pour pouvoir agrandir certaines zones, il fallait bien trouver du tissu quelque part.

J’ai pris le parti d’éliminer les bandes de pli du dos qui chargeaient un peu l’ensemble. Cela m’a permis d’une part, de pouvoir plus facilement élargir la taille et d’autre part, de découdre 2 belles bandes de tissu. Toujours dans l’idée de redonner un peu de sobriété pour la rendre plus facilement portable, j’ai éliminé les épaulettes. Cela m’a également permis de récupérer du tissu. Enfin, j’ai démonté le fond du devant de la robe pour ne conserver que les 2 pans plissés : là encore, cela me donnait une marge de manœuvre pour ajuster la taille.

Une fois tout ce démontage réalisé, j’ai pu réfléchir à la manière de remonter l’ensemble.

J’ai choisi de séparer la robe en deux parties, plus faciles à porter séparément.

Le bas de robe a donc été transformé en jupe. Pour cela, après avoir élargi les côtés en récupérant le tissu des épaulettes, j’ai assemblé le milieu dos en supprimant le zip et j’ai monté une ceinture avec une partie des bandes de plis du dos. Avec une chute de viscose dans les mêmes tons, j’ai constitué le dessous de la ceinture Enfin, une fois le dessous de ceinture entoilé, j’ai assemblé le tout et passé un élastique dans la coulisse créée par la ceinture.

Pour le devant, le travail s’est avéré plus délicat. J’ai commencé par placer les pans du devant pour obtenir un décolleté acceptable et élargir à la taille. J’ai refermé des découpes et fixé les côtés avec des points invisibles à la main puis j’ai recoupé les pans au niveau de la taille. Cela m’a permis de récupérer encore un peu de tissu. Pour gagner encore quelques cm à la taille, j’ai réduit les pinces du dos. Après avoir hésité, j’ai finalement conservé le zip dos devenu inutile pour limiter les reprises au niveau de l’encolure. Je l’ai simplement raccourci au maximum : j’ai recousu ensemble les 2 côtés et reconstitué le bas du U avec le fil d’origine.

Avec le tissu restant, j’ai réussi à couper une basque d’environ 15cm de hauteur que j’ai froncée dans la mesure du possible. Certes, j’ai dû réaliser quelques assemblages hasardeux mais heureusement, les motifs assez prononcés du tissu et les fronces les rendent moins visibles. L’assemblage avec le devant a nécessité quelques reprises pour obtenir un résultat esthétique mais je pense avoir réussi à trouver un compromis acceptable.

J’ai terminé par un roulotté en bas de la basque. Cela m’a éviter de coudre un ourlet plus gourmand en tissu qui aurait pu alourdir l’ensemble.

Verdict

J’avoue que je n’avais pas d’a priori quant au résultat et je suis plutôt contente du rendu final.

La jupe est tout à fait portable car elle a finalement été peu modifiée. La taille élastiquée la rend plus confortable et les raccords des côtés se fondent assez bien sur les côtés.

Pour le haut, le résultat est assez sympathique. Les plissés été largement allégés mais sont toujours discrètement présents. La basque permet de donner une bonne longueur à l’ensemble.

 Les 2 peuvent même être portés ensemble en rentrant la basque dans la jupe pour reconstituer la robe.

Finalement, le pari me semble plutôt gagné !

Faire un upcycling dans ce genre est un projet particulièrement intéressant. Cela demande de faire preuve d’imagination et d’ingéniosité. Je trouve cela vraiment stimulant. Ce n’est d’ailleurs pas ma première tentative : rappelez-vous le pantalon de cet article

Et vous ? Vous faites aussi de l’upcycling ?

Les cours et coaching couture

Vous voulez en savoir plus sur les cours et coaching couture  le chas d’Albertine ?

Envie d'une petite surprise ?

Abonnez-vous au Maga’Tine, la newsletter du chas d’Albertine et recevez en cadeau “Mon anti-sèche couture”,

la check-list pour vérifier que vous n’avez rien oublié avant de commencer un nouveau projet couture.

Votre adresse e-mail est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien inclus dans chaque email.